Une « Place du Marché »

Après trois années de fonctionnement, l’Archipel « Osons les jours heureux » a souhaité, avec humilité, partager ce qui lui semble caractériser les «fondamentaux» d’une pratique d’action et de gouvernance « en Archipel ».
Cette réflexion est une contribution, parcellaire, incomplète, non figée, dans l’esprit du logiciel libre. Elle est évidemment parcellaire, incomplète et non figée.
Nous avons cependant souhaité proposer sans attendre des repères fondamentaux car « Le monde d’après » ne se construira pas sans une profonde remise en cause de nos pratiques de fonctionnement collectif et de gouvernance.
Prenez, servez-vous … et métabolisez !

En nous embarquant dans son imaginaire ultramarin, Edouard Glissant nous invite à un voyage vers les rivages de la pensée « archipélique » qu’il oppose à la pensée « continentale » dominante, destinant l’Humanité à la compétition permanente entre groupes géolocalisés, ethniques, religieux, politiques.

Penser le Monde en archipel permet de le voir comme un tout relié par un grand Océan, ouvrant à la rencontre et au partage, à la coopération et à la confiance, en posant la diversité comme foisonnement, et donc, comme une richesse.
Il va nous falloir du temps pour tourner définitivement le dos à cette compétition dont beaucoup pensent qu’elle tient de « la nature de l’humanité », et c’est sans doute d’abord aux organisations, relieurs, acteurs de terrain, se reconnaissant dans la forme archipélique, d’initier cette évolution.

Enjeux et Fondamentaux

Texte intro de 10 lignes + renvoi vers les chapitres de cette section

Les points clefs, le sens et le pourquoi, la raison d’être de notre Archipel  …  tels que nous les voyons !

Cf préambule des “Fondamentaux”

Insister sur l“humilité de la démarche qui se veut “au service de …”

Les dernières infos