Pourquoi “Océan” ?

Les rivages, donc les frontières naturelles des îles d’un archipel, sont toutes baignées par une mer (les Cyclades en Mer Egée, les 180 000 îles de l’archipel finnois Saaristomeri en mer Baltique…) ou, si celle-ci est très vaste, par un océan (les Açores, les Galapagos …).

Mer ou océan “relient” donc les îles d’un Archipel, en sont un élément commun, puissant facteur de reliance et d’identité culturelles et économiques entre les îles.
Le mot “archipel” vient par ailleurs de l’italien arcipelago, issu du grec ancien Aigaíôn pélagos, c’est-à-dire “la mer Égée”, mer qui composait le monde des grecs anciens.
Ayant la caractéristique d’être parsemée d’îles, le nom propre est devenu nom commun. Pelagos représente donc l’Océan et l’Archipel peut être vu comme une grande étendue de mer, le même océan dans lequel baignent toutes ses îles.

Dans la symbolique métaphorique d’une organisation en Archipel, l’Océan représentera donc ce qui unit les îles, mais aussi ce qui les relie malgré leur absence de frontière terrestre.

Il y a aussi de la vie et du mouvement, une histoire dans l’Océan, dont l’oubli dans nos cartographies mêmes est assez révélatrice de l’anthropocentrisme de nos sociétés. 
Pourtant les photos prises de l’espace nous montrent une immensité de mers et de terres sur notre planète sont elles-même un archipel-monde baignées en réalité par un seul océan comme le montre avec évidence la représentation de la Terre selon une projection de Fuller :

Une autre projection, dite de Spilhaus, nous montre une cartographie du Monde orientée Océan.

Les régions marines y sont représentées au centre du monde. Une immense mer intérieure (un peu plus de 70% de la surface de la Terre) apparaît sous nos yeux. Rappelons tout de même que l’Océan mondial génère plus de 60% des services écosystémiques qui nous permettent de vivre, à commencer par la production de la majeure partie de l’oxygène que nous respirons. Cette carte est ainsi toute symbolique de l’importance des mers.

A noter que le drapeau des Nations-Unies représente lui aussi une sorte d’archipel planétaire … mais l’inverse d’une projection de Spilhaus où l’Antarctique est au centre, la version onusienne oublie étonnamment ce sixième continent une fois et demi grand comme l’Europe, et pièce maîtresse du climat mondial !